Gérard
Serée
peintre & graveur





texte-commentaire établi en collaboration avec l'artiste, de la localisation d'exemplaires en bibliothèques, d'une éventuelle bibliographie. On notera que « Le Bleu qui tourne », avec avec Bernard Noël, est le premier ouvrage, en 2000, réalisé par les Editions Gestes et Traces (Nice), maison d'édition créée par l'artiste. Gérard Serée fait parti du monde du « Livre de dialogue ».







Zelda Egler © - Copyright 2011





Catalogue raisonné

"Les Livres"
Z. Egler, Université de la Sorbonne Paris IV, 2008


Le catalogue raisonné « Les livres de Gérard Serée » constitue le volume II de l'étude « Gravure et poésie en dialogue » réalisée par Zelda Egler dans le cadre universitaire (année 2007-2008, La Sorbonne, Paris IV, UFR d'histoire de l'art et d'archéologie).
L'artiste revendique, par la nature de ses livres, une appartenance à la tradition de la bibliographie de haut niveau.
Gérard Serée réalise des livres dont les caractéristiques matériels (papier artisanal, textes typographiés ou manuscrits par l'auteur, gravures originales, tirage limité, etc.) sont celles de ces ouvrages précieux qui font la richesse de grandes bibliothèques. L'auteur répertorie 41 ouvrages pour la période 1992-2007.
L'aventure de l'artiste, en ce domaine, débutera par un premier ouvrage, « Les creux de l'ombre », livre contenant des textes du poète Raphaël Monticelli illustrés de 5 gravures au sucre, à l'aquatinte et à la pointe sèche.
Avec une grande régularité, avant tout avec une passion jamais démentie, le graveur-rêveur de livres Gérard Serée va unir son art à d'importants poètes ; on citera, parmi eux, Daniel Biga, Michel Butor (dont « Empreintes en croissance » en 1998), Alain Freixe, Bernard Noël (dont « Poème de la Havane » en 2005), Jacques et Marc Kober, Jean-Marie Barnaud, Charles Juliet ou Salah Stétié (dont « La Somnambule » en 2006).
Chaque ouvrage, qui est décrit avec une grande précision par l'auteur du catalogue raisonné, est accompagné d'un